Biographie

       Partisane de l’éclectisme et de la création, Amandine est une musicienne à plusieurs visages dont le chant est le fil conducteur.

Elle aborde la musique dès son plus jeune âge par la flûte traversière, le piano et découvre le chant à travers la comédie musicale au sein de la compagnie Esope prônant un éclectisme musical qui marque son identité. A l’âge de 13 ans elle compose ses premières chansons qu’elle interprète en s'accompagnant au piano. Six années durant elle donne des concerts sur diverses scènes locales de Charente dont le Théâtre National d’Angoulême. En entrant à l'université de musicologie de Toulouse elle s’oriente en parallèle vers le chant lyrique au conservatoire. Amandine termine ses études, triplement diplômée d’un premier prix baroque de chant et de musique de chambre après avoir suivi l’enseignement de Jérôme Corréas, Salomé Haller et Samuel Crowther ; ainsi que d’un master recherche sur la relation poésie et musique dans les mélodies françaises de Louise de Vilmorin et Francis Poulenc sous la direction de Michel Lehmann. Après avoir travaillé avec Elena Poesina plusieurs années, aujourd’hui elle perfectionne sa voix auprès de Sébastien Obrecht, tout en menant une vie de musicienne à multiple facette.

 

       Elle se consacre depuis plusieurs années à l'interprétation comme soprano soliste, choriste et comédienne travaillant dans ses propres projets : Les Divaskets (quatuor vocal a capella / spectacle musique humoristique), Lyra (sextuor baroque / Concerts commentés et pédagogiques, scène ouvertes), Vagabondes (septuor vocal féminin) mais aussi en sidewoman : Dulci Jubilo (chœur contemporain), La Marquise (ensemble Baroque). Sur scène elle explore les genres tels que l’opéra :

Il incarne le rôle titre dans Scylla & Glaucus de Leclerc (dir. Gilles Colliard) ; Lilla dans dans L’Egisto de Marazzoli (dir. Jérôme Corréas) ; Le Premier enfant et les chœurs de La Flûte enchantée de Mozart (dir. Daniel Tosi). L'opérette : Pauline et les chœurs dans La Vie Parisienne d’Offenbach (Compagnie Les Chants de Garonne). Le théâtre musical : rôle chantant de Calypso dans Calypso de Meyer et Bertran-Hours. Le Récital : Les Fables de La Fontaine en Musique avec le pianiste Etienne Manchon. La musique sacrée : Stabat Mater de Pergolèse et les Cantates 62, 76, 84, 105, 111 et 144 de Bach (Ensemble Baroque de Toulouse). Elle compte à son actif trois enregistrements de disque en qualité de choriste : The Road Home avec The Willow Consort (dir. D. Purtell) ; Stabat Mater de C. Gibert avec Dulci Jubilo (dir. C. Gibert - 5 étoiles CLASSICA) et Le Triomphe des Arts de Dupuy avec l’Ensemble Baroque de Toulouse dir. M. Brun.).

 

En parallèle de sa carrière de soprano, Amandine revient à l’écriture. Elle commence par co-écrire les spectacles musicaux et humoristiques avec Les Divaskets mêlant époques, styles de musique et comédie. En 2018, elle compose, interprète et improvise en live une musique sur un poème de T.S. Eliot avec le contrebassiste de jazz George Storey pour le film Confessions du réalisateur Elliot Storey avec qui elle collabore par la suite pour plusieurs projets. Enfin au printemps 2020 Amandine se replonge dans la création totale et monte son projet en tant qu’autrice-compositrice-interprète. Elle compose alors douze morceaux et invite trois musiciens pour les interpréter avec elle : George Storey (contrebasse, basse électrique, chœurs), Malo Evrard (batterie, percussions, chœurs) et Gaspar Chefdeville (claviers, chœurs). Rapidement, un projet d’album se profile portant le nom de « Relief ». Dans ce projet elle retrouve alors l’éclectisme poético-musical qu’elle a toujours adoré, cette fois-ci au sein de ses propres compositions.

 

Aujourd’hui Amandine Bontemps mène une carrière musicale très diversifiée, jonglant entre les styles, les époques, les arts, l’interprétation et la composition.

Amandine2.jpg

Crédit Photo : Barbara Olmos